Faculté Libre d'Astrologie de Paris (FLAP)

Le but de ce blog est lié à la création en 1975 du Mouvement Astrologique Universitaire (MAU) . Il sera donc question des passerelles entre Astrologie et Université mais aussi des tentatives de constituer des enseignements astrologiques.
Constatant les lacunes des astrologues dans le domaine des
sciences sociales (hommes et femmes, structures
nationales et supranationales etc), la FLAP assurera à ses
étudiants des connaissances de première main et les plus
récentes qui leur serviront de socle pour appréhender
l'astrologie et en repenser les contours.
L'enseignement par le biais de vidéos est notre priorité. Cela
rejoint le phénoméne actuel du MOOC pratiqué désormais
par un grand nombre d'enseignants et qui ne se limite nullement à l'enregistrement des cours mais constitue un genre spécifique.
La Faculté Libre d'Astrologie de Paris est née la même année autour de trois femmes, Catherine Aubier, Jacqueline Belluc et Marielle Clavel (Garrel) qui constituent par leurs initiales ABC. Pendant 20 ans, des dizaines d'enseignants en astrologie se sont succédé, surfant sur une période de forte demande. Malheureusement, ces enseignements n'ont pas fait l'objet d'enregistrement. Nous accueillons dans ce blog divers enseignants comme on le faisait dans la tradition de la FLAP, de tous horizons, comme Didier Geslain, Jacky Alaïz, Daniel Cobbi, qui nous ont autorisé à filmer leurs interventions. Nous y a ajoutons, à titre de cours magistraux les exposés données à Bordeaux, depuis 2008, dans le cadre de l'Atelier d'Astrologique d'Aquitaine dirigé par Josette Bétaiolle. Nous accueillons également divers cours d'astrologie à l'instar de la chaîne astrologique Valérie d'Armandy sur You Tube
NB Les vidéos antérieures à 2013 ne sont plus en ligne sur ce blog. Elles ont été transférées sur la chaîne Jacques Halbronn YOU TUBE ou sur les Archives Vidéo de Teleprovidence


FAITES UN GESTE DE TEMPS EN TEMPS POUR NOS CHAINES ESOTERIQUES

Soutenez TELEPROVIDENCE. Si vous avez un compte PayPal, pensez à nous de temps en temps, Votre don servira à mieux renforcer les structures associatives qui sous-tendent le monde des praticiens du futur. C’est simple, notre compte c’est teleprovidence@yahoo,fr; Par exemple dix euro par trimestre, ce serait déjà sympa ! Chaque fois que vous trouvez une vidéo intéressante chez nous faites un geste, que ce soit tel ou tel de nos blogs ou de nos chaînes. . Chaque fois que votre vidéo vous fait mieux connaitre, ne nous oubliez pas. Mille petits gestes des uns et des autres, cela fait beaucoup. Vous pouvez aussi acheter des livres ésotériques à notre librairie en ligne sur Price Minister à VULCAINJH. (Catalogue en ligne avec les prix). Vous pouvez aussi nous aider en nous recommandant à des confrères pour que nous les filmions

Nous comptons sur vous

O2 04 14

JHB

06 60 75 52 48 teleprovidence@yahoo.fr


"Désormais, vous pouvez profiter de nos vidéos sur you tube en demandant simplement "teleprovidence"ou"Halbronn". Si certaines vidéos en venaient à manquer sur notre site, elles seront sur You Tube"

mercredi 18 octobre 2017

Jacques Halbronn Le cycle de 7 ans, quelle équation astronomique? Les...

jacques Halbronn Article Astrologie de l'Encyclopaedia Universalis depuis 1994


ASTROLOGIE

Émergence et assise des discours astrologiques

L'astrologie existe dès lors que certains croient en elle et veulent savoir ce qu'elle a à leur dire. De ce fait, il est probablement plus important de déterminer ce qu'on attend d'elle que ce qu'elle est objectivement capable de fournir. Mais comment cerner son domaine ? Dire, par exemple, que les Centuries de Nostradamus ne sont pas « de l'astrologie » signifie que celles-ci ne peuvent être a priori mises en relation avec le système astrologique, ce qui constitue une approche quelque peu étriquée. Certains nostradamistes se sont ingéniés à démontrer que Nostradamus n'avait que mépris pour l'astrologie. Un portrait psychologique relève-t-il de l'astrologie avant qu'on ait décrété qu'il s'agissait d'un Sagittaire ou d'un saturnien ?
Peut-on dater l'apparition de l'astrologie ? Ne serait-ce que pour s'orienter, les hommes ont toujours observé le ciel. Mais, dans le ciel étoilé, la voûte céleste apparaît figée et la Lune suit un cycle bien réglé (nouvelle lune-pleine lune) ; les planètes (d'un mot grec signifiant « errant ») semblent ne suivre que leurs caprices (d'où le nom de « chèvre » que leur donnaient les Babyloniens). Il fallut atteindre un seuil de connaissance relativement élevé et tardif pour cerner la révolution apparente autour de la Terre des cinq planètes Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne (respectivement, dans le panthéon babylonien, les demeures des dieux Nebo, Ishtar, Nergal, Mardouk et Ninib).
Le zodiaque se définit comme le lieu de passage de l'ensemble des planètes sur une bande de 17 degrés (pour les planètes anciennement connues tout au moins). Mais pourquoi avoir découpé la ceinture zodiacale en douze alors que l'on ne connaissait que sept astres ? Il semble que cela tienne avant tout au rapport entre la Lune et le Soleil. Entre deux passages du Soleil en un même point du ciel, la Lune a le temps de repasser douze ou treize fois, ou, si l'on préfère, de se joindre autant de fois au Soleil, d'où la division de l'année en douze mois. La division en do[...]



Autres références

«  ASTROLOGIE  » est également traité dans :

ABRAHAM IBN EZRA (1089-1164)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 815 mots
Commentateur, grammairien, philosophe et astronome, Abraham ibn Ezra, né à Tudela, est l'une des plus grandes figures de la pensée juive du Moyen Âge. Sa carrière se divise en deux périodes bien distinctes. Pendant la première, jusqu'en 1140, il vit en Espagne, où des liens d'amitié le lient à Juda Halévi, dont il épouse la fille. Des cinq fils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-ibn-ezra/#i_397

ALBUMASAR, arabe DJA‘FAR BEN MUḤAMMAD BEN ‘UMAR AL-BALKHĪ ABŪ MA‘SHAR (787-886)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 174 mots
L'un des principaux astronomes et astrologues du monde musulman, Abū Ma‘shar, plus connu sous le nom de Albumasar, soutenait que le monde a été créé lorsque les sept planètes étaient en conjonction dans le premier degré du Bélier, et prendrait fin quand cette même conjonction se reproduirait dans le dernier degré des Poissons. En tant qu'astrologue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albumasar-arabe-dja-far-ben-muhammad-ben-umar-al-balkhi-abu-ma-shar/#i_397

ASTRE ou OBJET CÉLESTE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 1 245 mots
Vers le xiie siècle, l'astrologie, réintroduite (comme l'astronomie) en Occident par les Arabes, connaît une vigueur qui inquiète les théologiens. Primitivement « étude des astres » (ce qui correspond plutôt à l'astronomie ou à l'astrophysique actuelles), le terme astrologie a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astre-astronomie/#i_397

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 10 813 mots
  •  • 20 médias
Dans le chapitre «  Les origines »  : […] Ce culte des objets célestes conduit à attribuer à ces astres une influence sur la destinée humaine et donne naissance à l'astrologie qui, sauf peut-être chez les Grecs, a dominé, dans le monde entier, l'astronomie jusqu'à la Renaissance. Cette astrologie fut particulièrement développée à Babylone et en Extrême-Orient. Pour elle, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_397

CARDAN JÉRÔME (1501-1576)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 1 962 mots
Dans le chapitre « De l'algèbre à l'astrologie »  : […] cosmos animé, l'Univers étant le garant de la diversité et de l'union des parties ou des organes qui le constituent. Dans ce système d'équilibre et d'analogie, les astres jouent un rôle capital ; et les préoccupations du médecin, du psychologue, du moraliste et du sociologue trouvent dans l'astrologie de tradition ptoléméenne un inépuisable aliment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome-cardan/#i_397

CECCO D'ASCOLI FRANCESCO STABILI dit (1269-1327)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 443 mots
Astrologue, philosophe, compilateur scientifique, esprit universel et brouillon, Cecco d'Ascoli apparaît à bien des égards comme un personnage faustien. Tourmenté par des desseins sublimes, rongé par le ressentiment, envieux de l'art de Dante, audacieux et insolent, il semble illustrer, par une provocation constante, le caractère inexorable de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cecco-d-ascoli/#i_397

CHINOISE (CIVILISATION) - Sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARTZLOFF
  •  • 6 597 mots
Dans le chapitre « Astronomie »  : […] Mais les Chinois ne se sont pas contentés de repérer des cycles calendériques, ils ont aussi observé avec le plus grand soin tous les phénomènes célestes : occultations, conjonctions planétaires, taches solaires, comètes, novae, vapeurs, météores et autres « anomalies » célestes, perçues non comme des réalités physiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-sciences-et-techniques/#i_397

CIEL SYMBOLISME DU

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 2 865 mots
Dans le chapitre « L'harmonie des contraires »  : […] toute destinée terrestre. Aussi à la science du calendrier céleste et à l'étude du ciel (astronomie) a été liée de tout temps l'astrologie. La combinatoire gigantesque et merveilleusement ordonnée que constitue la voûte céleste, le mouvement de ses astres et la géométrie de ses orients « signent » la destinée de chacun, mesurent le temps des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-du-ciel/#i_397

DIVINATION

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 6 942 mots
Dans le chapitre « Le thème de naissance »  : […] L'histoire de cette science traditionnelle a été exposée dans l'article astrologie. Il convient de traiter ici brièvement de ses techniques divinatoires qui se sont développées en Mésopotamie longtemps après celles de l'extispicine. Elles comportent plusieurs opérations successives : la première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/divination/#i_397

FIRMICUS MATERNUS JULIUS (IVe s.)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 384 mots
Prosateur chrétien dont nous connaissons deux ouvrages de caractère tout à fait différent : un manuel d'astrologie (Matheseos libri VIII) et un traité particulièrement violent « sur l'erreur des religions profanes » (De errore profanarum religionum). S'agit-il dans les deux cas du même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/firmicus-maternus-julius/#i_397

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 053 mots
  •  • 8 médias
Dans le chapitre « Vers une religion nouvelle »  : […] Parallèlement apparaît un culte des astres, hérité de l'Orient et introduit dans le monde hellénique par les Maguséens, mages d'Asie Mineure qui réalisent un syncrétisme entre le mazdéisme perse et l'astrologie babylonienne. Le meilleur témoignage sur l'astrologie est dans l'Epinomis, sans doute le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-religion-grecque/#i_397

HERMÉTISME

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 4 997 mots
  •  • 1 média
Dans le chapitre « Les traités astrologiques »  : […] Les astrologues de l'époque impériale se réfèrent fréquemment aux écrits d'Hermès, surtout, naturellement, à propos des apports égyptiens à l'astrologie, à savoir la doctrine des décans et les systèmes des lieux (τόποι) et des sorts (κλη̃ροι). Selon Firmicus Maternus, la révélation hermétique aurait été transmise par Asklépios et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermetisme/#i_397

HOROSCOPE

  • Écrit par 
  • Jacques MAÎTRE
  •  • 3 284 mots
  •  • 1 média
Dans le chapitre « La presse et l'astrologie »  : […] L'astrologie est devenue un produit industriel d'abord à travers la presse. Mais le marché a été ensuite inondé par d'autres produits véhiculant les signes de naissance dans le sillage des horoscopes de presse : pendentifs, médailles, bracelets, porte-clefs, cartes postales, agendas, mouchoirs, polos, foulards, cendriers, verres à jus de fruit, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horoscope/#i_397

IHWĀN AL-ṢAFĀ' (Frères de la pureté)

  • Écrit par 
  • Yves MARQUET
  •  • 1 383 mots
Dans le chapitre « Évolution psychique et prophétie »  : […] Les astres conditionnent l'individu dès la conception. À la naissance, le corps est virtuellement formé, et le psychisme aussi, y compris la prédisposition à un métier ou même à une future activité de prophète. Ce conditionnement astral se poursuivra toute la vie. Mais dès que l'âme parlante se manifeste, à quatre ans, celle-ci est prise en charge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ihwan-al-safa/#i_397

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 264 mots
  •  • 2 médias
Dans le chapitre « Astronomes et astrologues »  : […] planètes connues (Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne) autour du globe terrestre immobile. Ils ont développé les sciences annexes de l'astronomie, et en particulier l'astrologie appliquée aux prévisions météorologiques et à la géographie humaine ; dans ce domaine brille l'œuvre de Varāhamihira […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-sciences/#i_397

ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI, 
  • Roshdi RASHED
  • , Universalis
  •  • 22 471 mots
  •  • 1 média
Dans le chapitre « L'astrologie »  : […] À côté de l'astronomie, dont le caractère scientifique est sans cesse affirmé dans les classifications, apparaît une pseudo-science, l'astrologie, qui connut une très grande vogue au Moyen Âge comme dans l'Antiquité, mais se heurta à une vive opposition de la part des philosophes et des théologiens, et finalement fut condamnée par la religion comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-les-mathematiques-et-les-autres-sciences/#i_397

NOSTRADAMUS MICHEL DE NOSTRE-DAME dit (1503-1566)

  • Écrit par 
  • Gilbert GIANNONI
  •  • 876 mots
« Michel de Nostredame naquit à la ville de Saint-Rémy, presque sur les abois de l'an, de Jacques (Jaume) et de Renée de Saint-Rémy... » En cela, César, fils aîné de Michel de Nostredame, est exact. Il l'est moins quand, au fil de son Histoire et chronique de Provence (1614), il gomme de sa généalogie toute ascendance juive. De […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nostradamus/#i_397

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 004 mots
  •  • 1 média
Dans le chapitre « D'Aristote à Lavater »  : […] les abrégèrent ou les complétèrent. Mais, en même temps, un autre courant ressuscitait de très anciennes croyances astrologiques selon lesquelles les planètes impriment des signes (lignes, taches, grains) sur le corps. On les lira donc sur le visage (métoposcopie) et sur la main (chiromancie) pour connaître le caractère, mais aussi et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_397

PIC DE LA MIRANDOLE (1463-1494)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 4 888 mots
  •  • 1 média
Dans le chapitre « Philosophie naturelle et critique de l'astrologie »  : […] Sa polémique contre les astrologues et l'astrologie s'explique dès lors très aisément. Ses Disputationum adversus astrologos libri, qui comptent avec le De dignitate hominis parmi ses plus célèbres écrits, sont dirigés contre tous ceux qui prétendaient voir dans les signes de la nature, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pic-de-la-mirandole/#i_397

TRIGONE, astronomie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BRISSAUD
  •  • 152 mots
On appelle également trigone l'aspect formé par deux planètes qui forment avec la Terre un angle de 1200. En astrologie, le trigone est considéré comme ayant une influence bénéfique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trigone-astronomie/#i_397

ZODIAQUE

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 475 mots
Depuis longtemps les observateurs du ciel ont remarqué que les planètes visibles à l'œil nu ne s'écartent jamais de la route du Soleil sur la sphère céleste, ou écliptique. Leur écartement de ce grand cercle de la sphère ne dépasse jamais 80 30′, soit au nord, soit au sud. On peut donc délimiter dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zodiaque/#i_397

Voir aussi

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et recevez en cadeau un ebook au choix !


Pour citer l’article

Jacques HALBRONN, « ASTROLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrologie/


jacques Halbronn sur la production astrologiqie de Georges Antarés et Marie-Louise Sondaz







17/3/2011 [ Autour de l’œuvre de Georges Antarès et de Marie-Louise Sondaz]










Nous ouvrons une nouvelle rubrique consacrée au fonds moderne de la Bibliotheca Astrologica (qui débute à la fin du XIXe siècle. Cela consistera à fouiller, plus ou moins au hasard, nos collections de livres et de revues pour en extraire des perles insolites, pittoresques, qui parfois anticipent sur les problématiques qui se posent en ce début de XXIe siècle. Ces livres qui tapissent nos locaux, qu’ont-ils à nous dire ? Une bibliothèque n’est-elle pas parfois un cimetière ? Mais cette bibliothèque que nous avons constituée sur plus de 40 ans, c’est aussi quelque part notre propre histoire, notre parcours astrologique. Mais nous accorderons pour commencer notre attention à certains auteurs presque tous francophones, presque tous décédés, à peu près tous nés avant la Seconde Guerre Mondiale, bien représentés dans nos fonds, tant au niveau des livres que des revues ou des actes de colloque, comme Antarès, Alexandre Volguine, G. L. Brahy, Marie- Louise Sondaz, Jacques Reverchon, H. J. Gouchon, Hiéroz, Tina Faery, Jean-Charles Pichon, Didier Racaud, Pierre Heckel, André Boudineau, Alex Ruperti, Robert Amadou, Louis Horicks, André Barbault, Hadés, Michel et Françoise Gauquelin, Pierre Delebarre, Serge Hutin, Jacques Dorsan, Robert Ambelain, Ellic Howe, Daniel Ruzo, Gérard Simon, Christian Meier Parm, Minerve, Michel Helmer, John Addey, Reinhold Ebertin, Lisa Morpurgo, Jean Carteret, Antoine de Francesco, Jacques Berthon, René Alleau, Ronald Davison, Andrée Petibon, Marguerite de Surany, Jean Sendy, Maryse Lévy, Georges Osorio, Albert Slosman, Germaine Holley, Jean-Michel de Kermadec et quelques autres [1] –en ne prenant que des auteurs que nous avons rencontrés, ne serait-ce qu’une fois - mais en nous en tenant aux limites de la bibliothèque, quelles qu’en soient les lacunes, parfois dues à des disparitions..
Nous avons choisi pour commencer notre série, qui sera toujours articulée sur deux auteurs, le belge Antarés et la française Marie-Louise Sondaz, que nous avons tous deux croisés. L’un comme l’autre veulent rendre l’astrologie plus accessible, mais l’un le fera par la clarté de l’exposé et l’autre – dans une optique qui nous semble dans la ligne de l’Astrologie Rationnelle de Néroman (dont le traité parait sous l’Occupation) – au prix d’une réforme en profondeur en vue de constituer une « astrologie moderne ».
I Georges Antarés Nous débuterons par un des premiers manuels que nous ayons lu, dans les années soixante après celui de Maurice Privat (L’astrologie scientifique à la portée de tous, Paris, Grasset, 1935), à savoir le Manuel Pratique d’Astrologie du belge G (eorges) Antarés [2][3], paru d’abord, à la fin des années trente [4] aux éditions de la revue Demain, à Bruxelles, avec une préface de Brahy, l’éditeur belge. La page de titre de cette troisième édition revue et augmentée d’un manuel qui connut le succès est révélatrice : « Devenez votre propre astrologue ». En sous-titre, l’on cite entre autres les étoiles fixes et d’une édition à l’autre, des corrections sont apportées à leur liste. Dans la préface à la seconde édition, Brahy se plaint de la multiplicité des « enseignements astrologiques, souvent contradictoires d’ailleurs ». Mais Brahy- qui préfère le mot « astro-dynamique » à celui d’astrologie, reconnait que le domaine est « en voie d’évolution rapide et incessante’. Brahy termine ses préfaces sur une note optimiste : « De nouveau, le monde intellectuel se passionne pour l’Astrologie » Mais laissons la parole à Antarès [5] lui-même qui voit dans son manuel le moyen d’une « meilleure divulgation de la vérité astrologique ». Il pense ainsi que le lecteur pourra « se faire rapidement une opinion sur la valeur de l’Astrologie ». Mais d’entrée de jeu, Antarès fait preuve d’une certaine lucidité – nous n’avons pu vérifier si le texte fut maintenu dans d’autres éditions du Manuel :
« Jusque là, le travail astrologique est encore plus ou moins aisé mais lorsque après avoir rassemblé les multiples notions d’un thème, il s’agit d’en tirer des déductions logiques se rapportant à la personnalité, à la constitution et la prédestination d’un individu, la tâche devient des plus ardues et nécessaire alors la concentration de toutes les facultés, beaucoup de perspicacité, d’esprit de déduction et aussi une intuition qui se développe graduellement par la pratique »
En 1950, parait une autre édition du Manuel que nous avons aussi, mais sans préface de Brahy- ils se sont fâchés- et chez un autre éditeur français cette fois, à Tourcoing, « Flandre-Artois ».
Abordons un autre texte moins technique d’Antarés, constitué de conférences, Ce que peut l’astrologie pour l’humanité (Ed. Flandre-Artois). L’avant propos (Note des éditeurs) signé Editions Flandre Artois est probablement d’Antarès lui-même car il le reprendra en partie sur la quatrième de couverture de son dernier livre paru en 1978, « Astrologie. Amour-Sexualité », aux éditions de la Pensée Universelle.
« Puisse cet ouvrage convaincre nos Gouvernants qu’ils ont à leur disposition une science susceptible de les aider puissamment dans l’œuvre de Paix qu’ils poursuivent »
Mais c’est la place, somme toute modeste, accordée aux étoiles fixes dans le Manuel qui change par rapport à la présentation actuelle. Antarés y revient (p. 33) dans « Ce que peut l’astrologie pour l’humanité » :
« En ce qui concerne l’influence des étoiles, l’objection principale soulevée par certains astronomes est celle de l’énorme distance qui sépare les corps célestes de la Terre (…) Cet argument nous parait bien faible et n’est pas encore de nature à ébranler notre conviction. (..) Peu importe que cette influence des étoiles soit ou non concevable a priori, un fait existe : les astronomes enregistrent journellement les effets des plus lointaines étoiles sur les plaques sensibles de leurs appareils photographiques » On trouve un chapitre sur le sujet : « La conjonction des étoiles avec les planètes vient améliorer ou aggraver les influences selon leur nature et celle des planètes ».
Antarés espérait que l’on retrouverait l’astrologie originelle : « nous pouvons rêver à ce que serait l’édifice qu’un maître architecte arriverait à reconstituer dans sa pureté originelle. »
On notera qu’Antarés cite nombre d’ouvrages d’astrologie. Ainsi, à propos de l’Ere du Verseau, nous renvoie-t-il à L’interprétation rationnelle de l’Astrologie de Magi Aurelius et Tina Faery, au chapitre traitant de ce sujet et non à l’ouvrage de Paul Le Cour. Les deux ouvrages parurent en 1937.
Rappelons que c’est dans cette même décennie que Néroman, commence à publier ses ouvrages et que des congrès internationaux se tiennent à Bruxelles et à Paris, dans le cadre d’expositions universelles. C’est également la décennie de la sortie de l’ouvrage de Paul Le Cour sur l’Ere du Verseau et de la découverte de Pluton (1930) avec la littérature qui en découlera. Quant aux événements politiques, de par leur gravité, ils sensibilisent les sociétés quant à l’importance de savoir baliser le futur mais aussi à ce que Marie-Louise Sondaz appellera le « destin de groupe ».
II Marie-Louise Sondaz
Cette femme astrologue, qui publie dès les années quarante, écrit pour la presse (France Dimanche, Jours de France etc), est également porteuse d’idée nouvelles, notamment avec le recours à douze planètes puisqu’ elle tient compte de Proserpine et de Lilith. Elle accorde de l’importance aux données du corps. Elle a été précédée dans la carrière par d’autres femmes comme Janduz, alias Jeanne Duzéa, connue notamment pour son livre sur les degrés monomères, Tina Faery, dans les années trente, avec son Interprétation Rationnelle de l’Astrologie (1937).
L’ ouvrage de M.L. Sondaz le plus ancien parut à Marseille en 1942, chez Robert Laffont, Tous les signes expliqués. Essai de morphologies astrale – le visage-la main-les astres, en 350 pages. En 1954, elle publie toujours chez Laffont, les astres et la vie sentimentale qui reparaitra en 1968 chez J’ai Lu. Mais nous nous concentrerons sur des productions plus tardives. En 1959, Où en est l’astrologie ? Chez Buchet Castel Corréa et en 1961, aux Ed. du Conquistador, Je suis astrologue, ouvrages qui font suite à Défense et Illustration de l’Astrologie, par André Barbault, Ed. Grasset, 1955, parue dans la collection « Correspondances » dirigée par Raymond Abellio et à la collection du Seuil sur chaque signe.(1957), dirigée par François Régis Bastide et orchestrée par le dit Barbault.
En 1959, c’est donc M. L. Sondaz à qui Jacques Calmy demande un volume pour sa collection « Où en est » comme il y aura dans les années soixante dix « Clefs pour », chez Seghers, dirigée par Luc Decaunes. Une telle collection, chez Buchet-Chastel-Corréa, n’est aucunement cantonnée à l’occultisme et « répond aux problèmes complexes que le monde moderne pose à l’homme, au Français du XXe siècle. Ses ouvrages constitueront un véritable « bilan » de notre époque. On dit de l’auteur du volume Astrologie, qui côtoie le volume sur le Catholicisme et celui sur la Science nucléaire, qu’elle « s’est efforcée en rénovant l’astrologie d’en faire une science utile à tous » Contredisant, en quelque sorte, la récente collection du Seuil, M. L. Sondaz considère l’Ascendant comme une information assez secondaire, si important dans les statistiques d’un Paul Choisnard.
« Les grands hommes sont tous explicables par leurs deux signes essentiels : Conception et Naissance », ce qu’elle appelle les « maisons doubles » M. L. Sondaz a une haute idée des objectifs que l’astrologie se doit d’atteindre : « Débarrassée de ses superstitions, ramenée à sa formule grandiose qui l’apparente à toutes les formes de la connaissance ». Mais elle pense que les astrologues modernes ont des atouts qui manquaient autrefois : » L’ignorance des planètes lentes rendait également impossible l’étude des destins de groupe »
Cette astrologue qui est censée présenter l’Astrologie dans ce qu’elle a de plus admis par ses praticiens, dans le cadre d’un tel ouvrage, n’hésite pas cependant introduire Proserpine – qui doit son nom au fait qu’elle fait suite à Pluton- et Lilith. (pp. 23 et seq).
« Proserpine : la planète la plus éloignée du système solaire met environ 650 ans à faire le tour du Zodiaque (…) Gouverne la Vierge ».
« Lilith, parcourt le Zodiaque en 9 ans. Planète fictive, Lune noire, elle prend néanmoins une place de première importance dans tout destin ». L’ouvrage se termine par une galerie de portraits, signe par signe, décan par décan.
Deux ans plus tard parait "Je suis Astrologue" où Proserpine a toujours sa place. Rappelons que Jean Carteret parlait de Proserpine et de Vulcain. Elle étudie Lilith dans le thème de Napoléon. (p.45).
Elle en a toujours après une astrologie fondée sur l’heure exacte de naissance (pp. 84 et seq) et préfère compléter le thème par l’étude des mains et du visage. (Voir son livre paru à Marseille, chez Robert Laffont, et rééédité en 1950, Tous les signes expliqués) »Nous sommes loin de la sécheresse des chiffres, du calcul de la seconde de la naissance, précision ridicule ».L’ascendant était en fait la cause des échecs de l’astrologie « Le calcul de l’ascendant restant une donnée peu scientifique, ils avaient constaté que cette science instable ne leur servait à rien. Ma découverte des maisons doubles supprime cette faiblesse et construit un édifice solide, capable de les (les médecins) intéresser ». Et en plus les astrologues ignoraient Lilith « ce Fatum, cette Moïré, cet inexorable lieu astral (..) Lilith (…) cette reine des antiques démonologies, cette Moïré (le destin), cette Adraste (l’inévitable), cette Loreleï (attrait névrosique de l’amour sans réciprocité), cette cavalière fantastique (déploiement perfide des risques étranges), Lilith placée au cœur du thème, indiquant ce qui va blesser, pousser au drame, détruire, Lilith, formule ambiguë du génie, de la douleur, de la tentation suprême, de l’amour en tant que fonction sublime et dispensatrice des sanctions que rien n’atténue, Lilith porteuse de gloire ou de remords, de joie vive ou de constants soucis » « (p. 91 et pp 137-138). Elle annonce le travail d’un Jean Carteret, d’une Joëlle de Gravelaine, d’un Robert Changeux.
« Il fallait construire une astrologie moderne qui ne se puisse confondre ni avec la voyance, ni avec le charlatanisme des faux astrologues ». En 1977, Jean-Pierre Nicola signera « Pour une astrologie moderne ». (Ed. Seuil). Sondaz oppose le destin de groupe au destin individuel : « sauf le génie et l’intelligence supérieure, tout individu subit le destin d’ensemble imposé à son décan –où il est violent, péremptoire, à son Signe, où il s’adoucit mais ne manque pas d’agir » (p ; 94), ce qui vient justifier ses rubriques dans la presse. « Le destin de groupe, celui qui subit les épidémies, les maladies d’époque –(…) selon son Signe » Elle aborde la question des ères.(p/ 103) « En 2140, s’achèvera l’ère des Poissons » (p.111).
Encore en 1968, les idées de Marie-Louise Sondaz se feront entendre, grâce à la réédition, revue et corrigée chez J’ai Lu, des Astres et la vie sentimentale, parus précédemment, chez Laffont, en 1954, donc 14 ans plus tard. Lisons la présentation de l’éditeur de 68 mais qui pourrait fort bien avoir été rédigée par l’auteur : »Marie-Louise Sondaz a réussi à retrouver les principes qui guidaient les astrologues grecs et à rendre à l’astrologie sa place parmi les sciences. La première, après des millénaires, elle a reconnu l’importance que revêtait pour l’influence astrale le Ciel de conception (…) elle a établi sa théorie des Maisons doubles qui a révolutionné l’astrologie moderne » (p. 5).
Chez nos deux auteurs, l’idée de retrouver une astrologie originelle, ayant reconquis son équilibre, sa cohérence, mais chacun avec ses solutions, en récupérant des éléments perdus ou ignorés ou en se délestant de notions inadéquates ou mal appliqués nous semble récurrente. A plus d’un titre, ces auteurs (voir aussi notre étude parallèle de Volguine et de Brahy, dans la même série) nous permettent de mettre en perspective la production des quarante dernières années.
Jacques Halbronn
[1] Regrets de ne pas avoir été à la rencontre de Léon Lasson, Robert Dax, et de Dane Rudhyar.
[2] [3] André Barbaut, publiera 20 ans plus tard un « Traité pratique d’astrologie ». Ed. Seuil.
[4]
[5] Ce pseudonyme est emprunté à une étoile fixe royale. La mode des pseudo est passée. On eut encore par la suite Hadés.


Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle

: Sandrine Gorodine avec Lillou Macé et Emilie Chart...

TAF, LA TELEVISION ASTROLOGIQUE FRANCOPHONE DEPUIS DIX ANS: Sandrine Gorodine avec Lillou Macé et Emilie Chart...: Plus belle l'astro ! Les AstroInterview de Sandrine Gorodine www ... ▶ 37:13 https://www.youtube.com/watch?v=simWBUkwlY8 21...

mardi 17 octobre 2017

Importance du cycle de 7 ans en astrologie et numérologie

Les cycles de sept ans - patricia.grosdaillon.fr

www.patricia.grosdaillon.fr/wp-content/uploads/2015/06/Les-cycles-de-sept-ans.pdf
Ecrit par Patricia GROS-DAILLON. Les cycles de sept ans. 1. Les cycles de sept ans. Une approche numérologique suggère que nous sommes inconsciemment ...

Les cycles de sept ans

mamevoy.pagesperso-orange.fr/astrologie/CSSEAN.HTM
... ans et que d'autres puissent sembler toujours “jeunes” à soixante ans, il est toutefois important de tenir compte des cycles de 7 ans qui, reliés aux cycles de la ...

Le cycle de 7 ans décortiqué – ASTRaum

https://astraum.wordpress.com/2016/05/19/le-cycle-de-7-ans-decortique/
19 mai 2016 - Chiffre sacré déjà chez les Sumériens, sept est l'enfant chéri de ... Dans le cycle de 7 ans, chacune des années a sa signification propre.

Le cycle de sept ans – ASTRaum

https://astraum.wordpress.com/2016/05/17/le-cycle-de-sept-ans/
17 mai 2016 - Pendant chaque moitié du cycle de 70 ans, il y a 5 périodes de 7 ans, représentant le flot de la force vitale et l'établissement de cinq niveaux ...O